30 juin 2016

Rencontre avec Sophie Rouliot

Artiste

Peux-tu dire à quoi tu dois le fait d’être devenu une artiste ?

J’ai toujours adoré dessiner, peindre, bricoler, créer, fabriquer, sculpter… depuis toute petite. Mes parents et grands-parents se sont toujours extasiés devant mes gribouillages et cendrier en pâte à sel, ça doit être ça qui m’a donné l’envie avant tout!

Et puis aussi mon arrière grand-père (que je n’ai pas connu) avait fait les beaux-arts, et avait rapporté de ses voyages de magnifiques carnets de dessins remplis de ces croquis sublimes, c’était génial de les feuilleter!

 

Quels sont les artistes ou auteurs qui t’ont inspiré quand tu étais enfant ?

Le travail de mon arrière grand-père a probablement influencé mes goûts en matière d’art car j’apprécie les artistes dont le trait de dessin s’apparente au sien. Par exemple, les dessins de Sempé du Petit Nicolas ou de Quentin Blake qui illustrait les livres de Roald Dahl, j’étais fana absolu, un trait très simple, qui dit tout et toujours plein d’humour!

Petite, que voulais-tu devenir ?

Maîtresse comme 99% des petites filles, puis écrivain…

 

Pourquoi as-tu voulu te spécialiser dans le secteur de l’enfant ?

Cela c’est fait naturellement… c’est un univers tellement plus féérique, créatif, inspirant, drôle, avec plein de choses à raconter et imaginer!

De plus en plus je m’aperçois avec ma fille, que les enfants sont très réceptifs à l’art, aux images, aux couleurs ! J’ai accroché dans la chambre de Louise plusieurs de mes tableaux, et elle adore vraiment les contempler et faire « meuh » devant mon dessin de vache, ça l’intrigue !

J’aime le fait de leur apporter quelque chose en plus, que mes images ne soient pas juste « esthétiques » mais aussi instructives, que l’image devienne un jeu pour eux ! (comme mon abécédaire pour Les Petits Collectionneurs, ma série sur les expressions animalières, ou encore mes affiches personnalisées avec l’étymologie de leur prénom) !  C’est une manière d’apprendre différemment, en s’amusant !

 

Peux-tu décrire ton espace de travail et une journée type ?

A l’arrivée de ma petite fille, il était devenu difficile de travailler chez moi, j’ai donc crée avec ma cousine un petit atelier de co-working à Pigalle (9°) que nous partageons entre créa et freelances. Comme nous travaillons sur des projets et prismes différents, c’est très enrichissant de pouvoir échanger sur ces transversalités.

Quelles sont les techniques et outils que tu utilises lorsque tu crées tes illustrations ?

En 5ème et dernière année de mon cursus « Arts graphiques » à Penninghen, j’ai découvert la linogravure, une technique peu connue, peu utilisée mais qui ouvre de tels horizons artistiques !

J’avais donc pris l’habitude de graver tous mes dessins sur mes plaques de linoleum, de les encrer puis de pratiquer le transfert de l’image gravée sur le papier moi-même. Ensuite, je retravaillais le tout sur ordinateur. Mais la technique étant longue et fastidieuse, je me suis finalement mise à travailler directement sur ordi, en gardant bien soin de garder cette pâte « fait à la main », ce côté un peu « tampon » que donne la linogravure. Je dessine avec ma palette graphique, c’est un stylet qui remplace mon crayon, mais le principe est le même, je dessine!

Mais de plus en plus cette technique de gravure me manque, alors je m’y remets pour des projets personnels!

 

Parle nous de ton processus créatif, par quoi commences-tu ? Comment évoluent tes images ?

Je commence toujours par chercher des idées et l’inspiration un peu partout. Sur internet (blogs et Pinterest bien sûr), dans des livres et des magazines : le « Frankie magazine » auquel je suis abonnée, ultra inspirant qui fait découvrir pleins de nouveaux artistes et de créations, le seul hic, c’est un magazine australien alors il faut s’atteler à l’anglais !… Je note toutes mes idées sur un carnet et finis par travailler celle qui me fait le plus envie. Je ne m’inspire pas que d’illustrations mais aussi beaucoup de graphisme, j’aime que mes compositions soient graphiques et fortes !

T’intéresses-tu à une autre forme d’expression artistique ?

La sculpture m’intéresse aussi beaucoup, certains sculpteurs comme Gambino me fascinent, son travail est sublime, il arrive à rendre presque vivants ses animaux de bronze!

D’ailleurs, je fabrique des animaux en fil de fer, j’aime que l’œuvre devienne 3 dimensions, on est moins restreint que par le papier!

Je suis également très attirée par la poterie, la céramique, mettre mes mains dans la matière! Un jour, je m’y mettrai!

 

Quel projet t’anime en ce moment ? 

En ce moment, nous travaillons d’arrache – pied avec une amie sur un coffret de naissance personnalisé, qui ne proposerait que des produits uniques, originaux, entièrement 100% fait main, pour que baby chou ne ressemble pas à baby « tout le monde »! Le coffret devrait sortir pour la rentrée de septembre…

 

Quel est le plus gros challenge que tu aies rencontré ?

Le plus gros challenge, ça a été évidemment de me lancer dans cette aventure, devenir graphiste et illustratrice en freelance, travailler de ma passion, m’amuser dans mon travail (avec son lot de contraintes aussi), mais je ne changerai pour rien au monde !

Tu es maman d’une petite Louise (1an ½) et tu attends ton second enfant pour la fin de l’année,l’art a t’il un rôle à la maison ?

Étant donné  l’âge de ma fille, c’est pour l’instant assez sommaire. Mais j’aime lui lire de beaux livres d’images auxquelles elle est particulièrement réceptive, dessiner – gribouiller – avec elle et danser sur de la musique. Mais j’ai surtout hâte de les emmener au musée et aux ateliers d’activités manuelles et artistiques. On commencera par l’atelier pâte à sel, puis bricolage, puis théâtre, etc… Au delà de l’aspect fun, je suis persuadée que ces pratiques peuvent développer chez eux une créativité ou plus simplement de leur permettre de s’exprimer à leur façon !

 

Quel est ton tableau préféré sur le catalogue Les Petits Collectionneurs ?

Mon tableau préféré est celui du Chat Perché de Virginie Morgand

J’aime lorsque l’illustration devient plus que de l’art, mais aussi un jeu où les enfants s’amusent et apprennent en admirant le tableau. C’est exactement le cas avec cette affiche :  les couleurs sont éclatantes, la composition parfaite, un style bien définit, il y a de l’humour, l’enfant s’amuse et s’imprègne de tout cela. Le mélange parfait pour une affiche d’art pour enfant, qui plait autant aux petits qu’aux parents !

Et puis bien sûr, le tableau L de l’abécédaire, pour ma fille Louise, qui trône déjà au-dessus de son lit, l’élément principal de décoration dans sa chambre d’enfant !

Crédit photos : Lorraine Creaser

Autres actualités