30 juin 2016

Rencontre avec Clémence Thienpont

Artiste

Bonjour Clémence, peux-tu nous parler de ton enfance et des raisons qui t’auraient poussé à devenir une artiste ?

J’ai toujours dessiné, depuis toute petite. C’était une activité qui correspondait bien à ma personnalité plutôt calme et introvertie de l’époque 😉

Mais je n’ai pas le souvenir que quelqu’un ou quelque chose m’y ait poussé… J’ai décidé seule de faire des études de design graphique à l’école de Condé à Bordeaux et j’ai démarré la vie professionnelle dans un bureau de style parisien puis dans des agences de Retail design en tant que directrice artistique graphisme. En parallèle, j’ai développé ma passion pour l’illustration et ai développé un univers personnel à la fois « tout doux / tout trash », sensible et drôle.

Certaines de mes illustrations ont étés sélectionnées pour l’édition sous forme de shirts d’artistes pour 9km et de lithographies pour Les Petits Collectionneurs. C’est d’ailleurs toujours un choc puis une joie immense de croiser dans la rue des personnes portant un tote bag ou un tee-shirt avec mes illustrations ou de retrouver mon Bestiaire Bestial dans les appartements Parisiens !

 

Enfant, as-tu été marquée enfant par une image ?

Les dessins des livres pour enfants « Ernest et Célestine » et les posters de l’Ecole des loisirs !

 

Petite, que voulais-tu devenir ?

Vétérinaire, sans hésitation ! Et encore aujourd’hui d’ailleurs… je regrette tous les jours de ne pas avoir été plus copine avec les maths !!

Où travailles-tu ? 

Je travaille tous les jours dans  l’agence de design, ce sont donc mes soirées et week-ends que je consacre à l’illustration… Je suis alors dans mon appartement où j’ai aménagé un petit coin bureau avec mon mac, ma tablette graphique et tout mon matériel de dessin. Je travaille principalement sur papier donc finalement je peux m’installer un peu n’importe où avec mes feuilles et mes rotrings. Quand il fait beau, je m’installe sur le balcon et je dessine au soleil, c’est parfait !

Peux-tu décrire ton espace de travail et ce qu’il y a autour de toi ?

Autour de moi, deux étagères dans le salon me permettent de poser mes dernières créations et de les mixer avec de travaux d’artistes dont j’apprécie le travail. En ce moment, il y a un dessin de Théo Jan et de Charlotte Quillet que j’adore, ainsi qu’une peinture de mon ami Laurent Anastay-Ponsolle (mon premier achat d’art contemporain !!)

 

Tu vis à Paris, est-ce un choix et qu’est-ce qui rend la ville si spéciale à tes yeux ?

Au départ je suis venue à Paris par nécessité, pour le travail… J’ai longtemps été obsédée par le fait de rentrer dans le Sud-ouest (je suis originaire d’Arcachon) mais la richesse culturelle de Paris m’a donné raison 😉

 

Quel est ton passe temps favori ?

La lecture ! Je ne me lasse pas de L’insoutenable légèreté de l’être de Kundera et J’irai cracher sur vos tombes de Boris Vian.

D’une façon générale, j’aime le mélange de douceur et de violence, de légèreté et de pesanteur… ces ambivalences que j’aime retranscrire dans mes illustrations.

Peux-tu nous expliquer ton processus créatif ?

Mes illustrations sont traitées de façon réaliste, donc je fais beaucoup de recherches photos avant de commencer un dessin. Je mélange les images qui m’inspirent le plus, celles où l’on voit le plus de détails et je commence par un croquis au crayon à papier. Ensuite, je passe à l’encrage. Selon le niveau de détail souhaité, j’encre à la plume ou au rotring. Ensuite, je scanne mon dessin et je le « nettoie » sur photoshop . Pour la couleur, je travaille directement sur illustrator la plupart du temps. Et quand j’ai le courage, je ressors mes gouaches 😉

 

Quels sont les autres artistes qui t’inspirent ?

Il y en a beaucoup ! J’adore tout particulièrement le traité « gravure » d’Olivia Knapp ou de Théo Jan, mais aussi la légereté et la féminité des illustrations d’Ekaterina Koroleva. J’aime la peinture (tout particulièrement Modigliani et Egon Schiele) et j’adore voir les croquis préparatoire des peintres, c’est fascinant !

Que fais-tu pour trouver des sources d’inspiration ?

Je vais voir une expo (j’adore le Grand Palais), une galerie d’illustration (La Slow galerie où j’ai quelques dessins, Sergeant paper), ou alors je pars me balader à la Grande Galerie de l’Évolution y re-découvrir les espèces d’animaux menacées ou disparues ! Cet endroit est magique, complètement hors du temps ! Sinon j’observe Ernest, mon chat gris… J’ai besoin de vivre avec une présence animale, c’est très apaisant pour moi. En fait, je crois que je suis moi-même un gros chat d’appartement !!!

 

Quel projet t’anime en ce moment ?

Je viens de terminer mon premier livre pour enfant, 30 dessins autour du thème de l’ours. Travailler pour l’édition jeunesse était un rêve que j’avais depuis longtemps, je suis donc ravie et espère que ce sera le premier d’une longue série !!

Je réalise aussi un projet d’illustrations à 4 mains avec un autre illustrateur dont j’adore le travail : First ABC lettre.

 

Quel serait ton projet idéal ?

J’aimerais beaucoup pouvoir faire des collab avec des marques qui me plaisent comme Petit Bateau par exemple, ou encore pouvoir illustrer des articles pour la presse telle que Influencia, Mint, ou L’instant Parisien 😉

 

Pour toi, l’art est-il un cadeau qui a un impact positif sur ta vie ?

Question difficile… ! oui, je pense que c’est un beau cadeau… mais il faut apprendre à jongler avec cette sensibilité parfois à fleur de peau… !

 

Quel est ton tableau préféré dans le catalogue des Petits Collectionneurs?

J’aime particulièrement la série Tendre bestiaire d’Alice Ricard avec ses ours, éléphants, singes et oiseaux, pour sa douceur et ses couleurs pastels 😉

Crédit photos : Lorraine Creaser

Autres actualités