30 juin 2016

Rencontre avec Sara Ödman

Artiste

Bonjour Sara, tu es Suédoise mais habite Lyon alors nous regrettons de n’avoir pu venir jusqu’à toi mais merci pour cet échange par écrit ! Peux-tu dire à quoi tu dois le fait d’être devenu une artiste ?

Sans particulièrement me prédestiner spécifiquement au design, il est vrai que l’influence de ma famille a joué. Ma mère est décoratrice d’intérieur ; mon frère est photographe et mon père a toujours peint des tableaux… 

 

Tu entretiens une relation très proche avec les animaux et la nature, dis nous en un peu plus sur ton sujet de prédilection ?

J’ai grandi en Suède, au milieu des forêts, proche de la mer et des espaces vierges. Ma relation avec la Nature est là. Ce sont mes racines. C’est ce que je suis et d’où je viens.  

 

Quels sont les artistes ou auteurs qui t’ont inspiré quand tu étais enfant ?

Astrid Lindgren, Elsa Beskow, Selma Lagerlöv, HC Andersen….

 

Quand tu étais enfant, as-tu été marquée par une image ou un tableau ? 

Certains livres que ma mère me lisait le soir avaient, je m’en souviens encore, des illustrations riches de symboles et étaient souvent associées à la nature. Je suis incapable de me souvenir du titre de ces livres, il faudrait que j’ouvre quelques malles dans le grenier de mes parents pour m’y replonger…! Nous avions aussi des tableaux de Carl Larsson chez nous dont les illustrations me restent en mémoire. Particulièrement le tableau « Blomsterfönstret  ».

 

Petite, que voulais-tu devenir ?

Danseuse, chanteuse, actrice …  L’expression artistique sous toutes ses formes a toujours compté pour moi.

 

Pourquoi as-tu voulu te spécialiser dans le secteur de l’enfant ?

L’imagination sans cesse, sans limite. L’absence de frontière. Et aussi l’envie de faire rêver les enfants au travers de mes créations.

 

Peux-tu décrire ton espace de travail et ce qu’il y a autour de toi ?

La plupart du temps chez moi. Mais aussi dans des espaces de co-working. J’aime à la fois me retrouver au calme de mon bureau, un thé fumant posé près de mon ordinateur ou de mes pinceaux, comme retrouver l’énergie stimulante d’autres créateurs et amis. 

 

Raconte nous une journée typique au travail ?

Un café-crème, des krisprolls,  et ma journée commence bien. Je commence par chercher des inspirations puis migre sur mes planches, pinceaux en main, avant de passer à la composition sur ordinateur. Les pauses repas sont souvent courtes une fois que je suis lancée. Je peux passer mes soirées à continuer, peaufiner chercher des nouvelles idées…

Tu vis à Lyon, est-ce un choix et qu’est-ce qui rend la ville si spéciale à tes yeux ? 

Nous avons quitté Paris ma famille et moi pour nous rapprocher de la nature tout en gardant une vie urbaine. LYON a ses atouts… 

Cette ville joue t’elle un rôle dans ton travail ? 

La ville a une vraie histoire dans le textile et je trouve mon bonheur dans des ateliers de sérigraphie, j’adore le calme que la ville apporte et la possibilité de se ressourcer et trouver de l’inspiration auprès de la nature…. 

Quand tu as du temps libre, quel est ton passe temps favori ?

Page blanche, des crayons dans mon sac et mon appareil photo prêt à la recherche d’inspirations… Et puis bouquiner, flâner voir des amis et rigoler !

Quels sont les techniques et outils que tu utilises lorsque tu crées tes illustrations ?

Première phase de travail aux crayons de couleurs, feutres, aquarelles, puis je passe à l’ordi pour retravailler mes illustrations. Quand je travail pas sur des projets précises, je me lance parfois sans savoir où je vais, et j’adore !  

Quels sont les autres artistes qui t’inspirent ? 

Josef Frank, Yurio Seki, William Morris, Misato Suzuki…Il y en a tant !

Où vas-tu, que fais-tu lorsque tu as besoin de trouver des sources d’inspiration ?

Je bouquine, je me promène en ville ou à la campagne, je file à une expo, un musée, ou vais voir un film… finalement, c’est aussi dans les moments ou les endroits les plus inattendus que l’inspiration vient. J’ai autour de moi mille cahiers sur lesquels je note, je griffonne, j’esquisse sans cesse. C’est sur eux que je regroupe toutes mes pistes de travail… 

T’intéresses-tu à une autre forme d’expression artistique? 

La danse sous toutes ses formes. J’ai fait onze ans de danse. J’aime aussi beaucoup la photo ; c’est l’instantané, la composition. Mon frère, Fredrik Ödman, m’a beaucoup inspiré tant pour la photo que pour l’expression artistique en général.

Quel projet t’anime en ce moment ? 

Je viens d’être embauchée comme directrice artistique pour une enseigne de Luxe. C’est un beau challenge pour moi.

Pour toi, l’art est-il un cadeau qui a un impact positif sur ta vie ? 

Sans hésiter oui ! Il m’apporte tout.  Je ne serai pas moi sans avoir tout autour cette « Chose » qu’on appelle « créativité » ! 

Travailles-tu avec d’autres artistes ?  

J’adore les échanges, les rencontres et les discussions, mais je travaille principalement seule sur mes créations. Pour autant, les amis avec qui je travaille sur des projets communs, artistes eux-mêmes, m’apportent toujours une ouverture, un autre point de vue, un regard qui mène toujours si l’on sait y prêter attention vers des pistes inattendues…

Tu es maman d’une petite fille de 4 ans, souhaites-tu qu’elle suive une carrière dans le monde de l’art ?

Je souhaite avant tout que ma fille soit heureuse et s’épanouisse dans la vie et qu’elle trouve sa voix, ce qu’elle aime… Cela dit, elle adore dessiner…sur les murs ( !)…

Dans le catalogue d’œuvres des Petits Collectionneurs, quel tableau choisirais-tu  pour toi ou ton enfant ?

Je choisirais l’œuvre d’art « Tendre bestiaire – Oiseaux, de Alice Ricard» pour ses couleurs douces, la composition, l’amour entre le parent et son bébé… Et aussi le  « Collection au crayon» de Camille Chevrillon. J’adore son style et je suis certaine que ma fille trouverait plein de choses à dire autour de ces animaux qui interpellent !

Autres actualités

Click edit button to change this text.